Biscuits à l'épeautre - Abbaye la Joie Notre Dame
  • Biscuits à l'épeautre - Abbaye la Joie Notre Dame

Biscuits à l'épeautre - Abbaye la Joie Notre Dame

6,20 €

(2,64 € 100g)

TTC
Quantité

Egalement appelés galettes de la Joie, ces biscuits craquants nous ferons retrouver les saveurs d'antan avec leurs farines d'épeautre et de sarrasin.

Ils laissent un léger bouquet d'épices en bouche...

La communauté, née en 1920 à Sainte Anne d’Auray (Morbihan), a été fondée par les sœurs de l’Abbaye de La Coudre, à Laval (Mayenne), sous le vocable de "Notre Dame de Bonne Garde".

Les sœurs ont développées pour vivre de leur travail un atelier de pâtisserie

Epeautre et sarrasin aux 6 épices, biscuits particulièrement adaptés après l'effort ou le sport mais à déguster aussi pour le plaisir !!!!

  • Garanties sécurité : Paiement 100% sécurisé  Garanties sécurité : Paiement 100% sécurisé
  • Politique de livraison : Livraison sur mesure Politique de livraison : Livraison sur mesure
  • Politique retours : 14 Jours pour changer d'avis Politique retours : 14 Jours pour changer d'avis

Sachet de 200 g

Ingrédients : farine d'épeautre 30%, beurre concentré, sucre de canne roux, farine de sarrasin 11%, miel, poudre de noisette et amande, oeufs, épices (anis, cannelle, muscade, coriandre, badiane, girofle), sel

"Cistercien" vient du mot "Cîteaux", en latin Cistercium et qui signifie le lieu des cistels ; Cîteaux en France, est à l'origine de ce mouvement de réforme en 1098.

Moines et moniales  vivent à l'écart des affaires du monde, et en communautés masculines ou féminines ; les deux branches masculine et féminine forment un seul ordre. L’Ordre est présent sur les cinq continents : chaque communauté observe le même style de vie tout en les adaptant selon les lieux.

Sr. Angelina

Au monastère de La Joie Notre-Dame, Sœur Angelina serait une sœur trappistine comme les autres si son parcours avant le monastère n’avait pas été si singulier : Sœur Angelina a « fait la route », en Amérique Latine et en Afrique du Nord, parcouru la France, pendant 18 mois avec une amie et deux ânes, gagnant sa vie en montrant un spectacle de marionnettes… Elle a été étudiante à l’Ecole des Beaux-arts de Valencienne, exécuté une foule de petits métiers : serveuse de café, vendeuse de pizzas… Elle a connu toutes sortes d’excès, une existence très libre où elle se mettait en danger, avant de changer de vie radicalement en arrivant à l’Abbaye de Campénéac, au sud de Rennes, aux portes de la forêt de Brocéliande, avec ses deux ânes et l’amie avec qui elle fit le tour de France à pied.

ACGAJOIE

Références spécifiques