Confiture Orange Amère - Monastère Trappe des gardes
  • Confiture Orange Amère - Monastère Trappe des gardes

Confiture Orange Amère - Monastère Trappe des gardes

8,10 €

(18,00 € / Kilo)

TTC
Quantité

Marmelade d’Oranges amères

C'est une confiture plus amère que notre recette de confiture d'oranges douces à l'ancienne. Pour cette recette, les sœurs utilisent une orange naturellement amère à la peau très fine. Cette fine écorce apporte un parfum puissant qui nous ramène forcément aux souvenirs des recettes de grand mère.

1/ On commence par enlever le pédoncule des oranges. Pour cela, il faut couper l’extrémité de l’orange. On coupe ensuite les oranges en quartiers, en prenant soin de récupérer tous les pépins.

2/ Dans le confiturier, on fait cuire les oranges en quartiers dans l’eau, avec des pépins. Quand les oranges sont cuites (ça se voit au changement de couleur), on les mixe dans leur eau de cuisson en laissant volontairement un peu de matière, il faut qu’on sente l’écorce.

  • Garanties sécurité : Paiement 100% sécurisé  Garanties sécurité : Paiement 100% sécurisé
  • Politique de livraison : Livraison sur mesure Politique de livraison : Livraison sur mesure
  • Politique retours : 14 Jours pour changer d'avis Politique retours : 14 Jours pour changer d'avis

Confiture Orange Amère 450 g
Fournisseur : Abbaye de la Trappe des gardes
Ingrédients : Orange Amère (39%), sucre de cannes (59%).


Valeur nutritionnelle moyenne pour 100g
Energie (kJ) / (kcal) : 1090 / 257
Matières grasses (g) : 0,2
dont acides gras saturés (g) : 0,1
Glucides (g) : 63,3
dont sucres (g) : 63
Protéines (g) : 0,5
Sel (g) : 0,02

Poids Net : 450 g

Fabriqué en France par les sœurs, au Monastère.


Produit artisanal et original fait pour les amateurs de marmelade.


Un lieu monastique avant l’heure !

Les Gardes sont un lieu religieux depuis le Moyen-Âge ! Le seigneur du lieu, emprisonné à l’époque, promit pour sa libération d’édifier quelque chose en l’honneur de la Vierge. Et hop, c’est chose faite en 1465 avec la chapelle Notre-Dame, où des pèlerins se rendent de plus en plus nombreux. La vie monastique sur place débute ensuite en 1605, avec la construction d’un couvent d’ermites de saint Augustin ! C’est d’ailleurs cette vie monastique qui initia plus tard le développement du bourg des Gardes.

 
La première abbaye après la Révolution

La Révolution ravage la France et ses abbayes. Les ermites des Gardes ne sont malheureusement pas épargnés : les bâtiments sont pillés puis brûlés, et la communauté dissoute. Pour échapper à la tourmente, les communautés françaises se réfugient alors pour la plupart en Suisse puis en Russie, avec à leur tête notamment Dom Augustin de Lestrange. En 1818, il ré-introduit en France une partie des moniales qui l’avaient suivi, et en août, en déplace une dizaine d’entre elles dans les ruines de l’ancien ermitage. Youpi, l’abbaye Notre-Dame des Gardes est ainsi née !

 
L’apogée au XIXe siècle

En 1821, la communauté s’agrandit vite car Dom Augustin transfère de nombreuses moniales à l’abbaye Notre-Dame des Gardes. Les sœurs rayonnent et sont une centaine sur place au XIXe siècle ! L’histoire raconte qu’en 1828, la duchesse de Berry aurait même visité la communauté. Quelle honneur ! Petit à petit au long du XIXe siècle, le lieu de pèlerinage reprend alors du poil de la bête. On y voit ainsi l’inauguration d’une nouvelle statue, la construction d’un nouveau sanctuaire etc…

ACONFORAMER

Références spécifiques

Vous aimerez aussi